Appel de 99 organisations et réseaux de défense des droits de l’homme pour l’arrêt de vente d’armes et de la guerre comme pour la levée du blocus sur le Yémen

Appel de 99 organisations et réseaux de défense des droits de l’homme pour l’arrêt de vente d’armes et de la guerre comme pour la levée du blocus sur le Yémen

La poursuite du siège et de la guerre contre le Yémen qui dure depuis six ans a fait connaître à ce pays la plus grande crise humanitaire que le monde ait jamais connue depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, en plus de tuer, blesser, déplacer des dizaines de milliers de civils et causer la destruction des infrastructures. Ceci, sans parler de la difficulté d’acheminer la nourriture et les médicaments nécessaires aux Yéménites, qui font près de 80% de la population, dont 12 millions d’enfants, et qui ont un besoin urgent d’aide humanitaire. Besoin de la levée du blocus aussi et en particulier l’ouverture de l’aéroport de Sanaa et du port de Hodeidah pour transporter les blessés hors du pays afin de recevoir des soins, ainsi qu’acheminer une aide humanitaire de nourriture, carburants et fournitures médicales.

Dans ce contexte, les organisations de la société civile soussignées expriment leur satisfaction pour les décisions de l’administration du nouveau président des États-Unis d’Amérique, Joe Biden (le 27/01/2021), et du gouvernement italien (le 29/01/2021) pour leur gèle des ventes d’armes à l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis ; un pas dans la bonne direction à mettre immédiatement en œuvre. Nos organisations exigent l’annulation de tous les accords de vente d’armes et considèrent ces mesures comme une contribution positive à l’arrêt de la guerre au Yémen et l’effusion du sang et une étape nécessaire pour ramener la paix à travers le dialogue yéménite-yéménite, sous les auspices des Nations Unies qui active son rôle.

Les signataires de la déclaration exigent que tous les pays, en particulier la Grande-Bretagne et la France, prennent à leur tour l’initiative de geler les ventes d’armes à l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis, et ce au moins jusqu’à la fin de la guerre et l’établissement de la paix au Yémen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *